COMMUNIQUE de PRESSE de l'Association des Libres penseurs de France

Pour clore en beauté sa présidence de l’Union Européenne, et conformément au traité de Lisbonne qui dispose qu’un dialogue institutionnalisé doit s’établir entre les Eglises et les instances européennes, Nicolas Sarkozy a enjoint à ses ministres des Affaires Etrangères et de l’Intérieur d’organiser, le 17 décembre 2008 à Paris, un colloque intitulé « Religions et puissance publique dans l’Union Européenne ». A ce colloque participeront les représentants des 27 Etats de l’Union flanqués chacun des délégués des religions (prêtres, popes, pasteurs, rabbins et imams).

Quelle légitimité des personnages non élus, auto-désignés ou désignés par leurs seuls coreligionnaires, ont-ils pour intervenir dans une instance où s’élaborent des directives s’appliquant à tous, croyants et incroyants ?

L’an dernier, avec l’ensemble des démocrates, les Libres Penseurs de l’Association Des Libres Penseurs de France (ADLPF) avaient dû se mobiliser contre des propos inadmissibles dans la bouche d’un président d’une république laïque prononcés par Sarkozy notamment à Rome et à Ryad. Ces propos écartaient de la communauté nationale ceux des citoyens qui se réclament d’une morale purement laïque et qui récusent la nécessité d’un « dieu » pour diriger leur vie.

Avec ce colloque, le président de la République laïque française ne se contente plus de paroles. Bafouant la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, il passe aujourd’hui aux actes. Après sa visite au Dalaï Lama et après la venue en France du pape à qui il a défini sa conception d’une « laïcité positive », il fait désormais « appel aux hommes d’église pour participer au débat public » (1) car « pour fondamentale qu’elle soit, la question sociale n’est pas aussi consubstantielle à l’existence de l’humain que la question spirituelle » (1).

Les Libres Penseurs de l’Association Des Libres Penseurs de France (ADLPF), membre de l’Union Mondiale des Libres Penseurs, expriment leur totale réprobation de cette initiative. Avec l’ensemble des laïques et leurs organisations, ils s’opposent à la communautarisation des institutions de la République française et de l’Union Européenne.

Rappelant que seule la laïcité garantit le respect de la liberté de conscience et permet le vivre ensemble au sein d’institutions démocratiques, en France et en Europe, ils luttent pour que la laïcité ne soit plus une exception française, mais qu’au contraire les Etats soient tous séparés des Eglises.

(1) citations extraites de l’ouvrage de Nicolas Sarkozy La République, les religions, l’espérance (Cerf, 2004).

Paris, le 13 décembre 2008