Une Campagne

 

A LIRE

Pourquoi cette campagne ?

Le classement

 


Pierre Cardo

Député depuis 1993. Yvelines 7e. DL


Député, maire de Chanteloup les vignes, Pierre Cardo est le tombeur de Michel Rocard durant les législatives de 93, où il a bénéficié des voix FN. A l'époque, il avait fait toute sa campagne avec un écharpe blanche symbole de pureté ... ou de reminiscence royaliste. Au premier tour des présidentielles 2002, il a apporté sous soutien à Alain Madelin. Pour le second il explique "Dès avant le 1er tour, j'avais clairement indiqué que mon soutien au 2e tour allait, sans réserves, au candidat de la droite parlementaire le mieux placé." Heureusement que Chirac est arrivé premier devant Le Pen !

Sur les discriminations

"Imaginez maintenant un petit chef d'entreprise - ce sont les plus nombreux -, n'ayant pas de service du personnel, ce qui est souvent le cas, déjà dépassé par les contraintes que lui impose notre pays, coincé entre sa banque, l'URSSAF, les mauvais payeurs, ses marchés, et amené à appliquer votre énième loi sur la discrimination. Dans un service de quatre salariés, s'il accorde une augmentation ou une promotion, on peut se demander comment cela se terminera pour lui si, par malheur, il augmente celui qui est français, de sexe masculin et hétérosexuel, et que, par hasard, parmi les trois autres, il se trouve une femme, un étranger et un homosexuel. (…) Mais cette loi est surtout dangereuse dans sa philosophie, car, sous couvert de lutte contre les discriminations, elle cible une fois de plus l'entreprise comme lieu de tous les excès" (Loi sur la lutte contre les discriminations – 1ère séance du 17 octobre 2000)

Sur la bioéthique

En 1994, il signe avec 64 autres collègues un Recours devant le Conseil constitutionel mené par le député Jean-Louis Beaumont, contre plusieurs articles des lois sur la bioéthique. Ils repprochent :

"- la violation du droit à la vie par la destruction des embryons congelés de plus de cinq ans sans projets parentaux ; - la violation du principe d'égalité en autorisant le tri embryonnaire ; - les violations du principe de l'intégrité de la personne et du corps humain par l'autorisation d'expérimenter sur le corps de l'embryon ; - les violations du principe de la pro tection du patrimoine génétique de l'humanité par la sélection des embryons; - la violation des droits de la famille par la possibilité de recourir aux embryons d'un tiers donneur ; - la violation du droit à la santé de l'enfant et au libre épanouissement de sa personnalité en autorisant sa mani- pulation et aussi en interdisant aux enfants issus de fécondation in-vitro avec tiers-donneur de connaître leur identité génétique et leurs parents na- turels ; - la violation du principe de la respon- sabilité personnelle, en instituant l'anonymat du don de sperme ; - l'atteinte au principe de la séparation des pouvoirs en instituant une commission chargée de donner un avis permettant des ""études sur l'embryon".

 

Sur les jeunes

Dans un article sur la délinquance, il prône de "protéger les mineurs en leur imposant ce que l’on a appelé un "couvre-feu", qui consiste à les ramener chez eux lorqu’ils trainent dehors après une certaine heure du soir, responsabiliser les parents dont les enfants sont des mineurs récidivistes, par la mise sous tutelle des allocations familiales me paraissent des mesures de bon sens"

("Délinquance : responsabiliser les parents". http://demlib.com/sec/edi/pdv/art/cadroparents.html)

Sur le droit de se marier

En décembre 2001, c'est à dire à quelques mois des échéances éléctorales, Pierre Cardo refuse de marier Olivier Lhori et Samira Ettouali. Selon le maire "Elle vit actuellement en France sans titre de séjour. Alors je me suis posé des questions sur le but de ce mariage". Quand finalement le juge des référéscontraint Pierre Cardo de les marier ce dernier refuse et c'est un adjoint au maire de permanence qui procéde a la cérémonie. Et pour que ce soit bien clair Pierre Cardo, publie un communiqué de presse espérant « qu'on ne régularisait pas dans cette affaire un mariage qui aurait un autre but que la vie commune. Auquel cas, ce serait un signal très fort vis-à-vis de tous ceux qui souhaitent venir s'installer en France en raison des conditions de vie dans leur pays qui ne leur paraissent pas satisfaisantes ». Inutile de dire que la presse frontiste est ravie. (Le Parisien , samedi 19 janvier 2002)


Contre le devoir de mémoire

Le 22 janvier 2002 il a voté contre la proposition de loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie.

A LIRE AUSSI

Le classement des autres députés anti-choix

Présentation de cette campagne

Abstention : piège à cons ! Le menu de notre campagne pour un vote anti-Le Pen entre les deux tours des présidentielles !

Les + et - des candidats aux présidentielles

 

Une Campagne

Page d'acceuil - Revue - Catalogue - Abonnement - Librairies - News - Association - Historique - Actions - Edition - Films - Centre de doc - T-shirts- Liens

© www.prochoix.org