Une Campagne

 

Francois BAYROU

Olivier BESANCENOT

Christine BOUTIN

J.P. CHEVENEMENT

Jacques CHIRAC

Daniel GLUCKSTEIN

Robert HUE

Lionel JOSPIN

Arlette LAGUILLER

Corine LEPAGE

Jean-Marie LE PEN

Alain MADELIN

Noël MAMERE

Bruno MEGRET

Jean SAINT-JOSSE

Christine TAUBIRA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Nom : Lionel Jospin

 

Point fort : Sa majorité a fait voter le PaCS

Point faible : Si on lui avait demandé son avis, il n'aurait jamais pensé à un truc comme le PaCS...


 

+ C'est sous son mandat qu'ont été votées les lois sur le PaCS, la parité et la réforme de la contraception et de l'IVG.

+ Depuis son élection, le concubinage homosexuel a été reconnu, la loi contre les discriminations liées "aux moeurs" a été élargie, les missions du CSA ont été étendues à la lutte contre des propos homophobes.

+ Jospin est le premier Premier ministre a avoir fait des déclarations en faveur d'une commission chargée d'établir la vérité sur la déportation d'homosexuels par les nazis. Il est aussi le Premier a avoir accordé une interview à un journal gay.

+ En prévision des élections, son parti dit s'engager à ouvrir un droit de séjour pour le partenaire étranger d'un PaCS (il aurait pu ne pas l'enlever du texte de loi !), à interdire la discrimination d'un célibataire homo souhaitant adopter, à reconnaître socialement les Transsexuels et à adopter une loi pénalisant les propos homophobes.

+ Pour sa campagne, Jospin pose en compagnie du maire de Paris sur les affiches parisiennes. Il a même confié son site web à Patrick Bloche, co-rapporteur du PACS. Plus sérieusement, les acteurs phares du PaCS ont acquis plus de responsabilités au PS.



- Malgré d'importantes réformes législatives, le gouvernement Jospin a souvent eu du mal à faire suivre ses engagements sur le terrain. Pendant qu'il était premier ministre, les sommes allouées au fonctionement des Services en charge des droits des femmes ont été minimes et ceux chargés de lutter contre les discriminations n'ont jamais vu leur mission élargie à la lutte contre l'homophobie. A titre d'exemple, plusieurs demandes émanant d'associations concernant l'accompagnement de l'IVG ou l'étude du suicide des jeunes homos sont restées sans réponses voire ont été refusées.

- Non seulement, Lionel Jospin s'est montré hostile à l'homoparentalité dans le Journal LaCroix mais il persiste et signe dans un entretien accordé à Têtu. Pire, il défend une vision de la famille si conservatrice qu'elle en est hostile aux familles monoparentales :"Le droit de toute personne a avoir la vie sexuelle de son choix ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l'enfant. Un enfant à droit à un père et une mère". (Têtu, avril 2001.)

Plus qu'une défaillance politique, ces déclarations traduisent un certain hermétisme intellectuel qui n'est pas sans rappeler deux égéries de la gauche Jospiniste : Irène Théry (Le CUC en question) et Sylviane Agacinsky (La politique des Sexes). A l'aide d'arguments frôlant la gaiphobie, toutes deux ont produit des écrits qui ont révoltés bon nombre de militants de l'égalité des droits. C'est en effet sous leur plume que c'est dessinée — au nom de la gauche ! — la revendication d'une famille conservatrice, fermée à tout changement, essentialiste au point de faire passer les familles homoparentales et monoparentales pour des dangers pour la civilisation.

- Pendant le gouvernement Jospin, la contribution pourtant obligatoire de la France aux pays en voie de développement n'a cessé de diminuer. Et la question des sans-papiers n'a pas été réglée comme l'espérait son électorat au soir des législatives. Deux campagne sur le VIH ont été censurées par le gouvernement Jospin.

 

N'a pas répondu au questionnaire de ProChoix


Une campagne de