Une Campagne

 

 

Francois BAYROU

Olivier BESANCENOT

Christine BOUTIN

J.P. CHEVENEMENT

Jacques CHIRAC

Daniel GLUCKSTEIN

Robert HUE

Lionel JOSPIN

Arlette LAGUILLER

Corine LEPAGE

Jean-Marie LE PEN

Alain MADELIN

Noel MAMERE

Bruno MEGRET

Jean SAINT-JOSSE

Christine TAUBIRA

 


Nom : Bruno Mégret

 

Point fort : Il pique des voix à Le Pen

Point faible : nous rappelle qu'il existe des gens pour faire une différence entre lui et LePen...


 

+ A l'avantage de dire clairement ce que tout le monde pense tout bas. On aprend ainsi que Megret a un modèle: Berlusconi. Le candidat du Mouvement national républicain à la présidentielle a indiqué, sur RTL, vendredi 5 avril : "mon modèle, c'est Berlusconi, qui est en train de faire voter en Italie une loi qui impose la priorité pour les Italiens et les Européens en matière d'emploi".

Pour le plaisir voici un extrait de sa lettre adressé à Berlusconi lors de la manif au Salon du livre (mars 2002) : "Les Français déplorent l'attitude scandaleuse d'une poignée d'histrions qui, au Salon du Livre, sous prétexte de s'attaquer à vous, ont en fait montré le profond mépris en lequel ils tenaient, et la littérature, et le peuple italien tout entier. Leur comportement sectaire constitue la négation même de l'Esprit européen, fondé sur le respect mutuel, l'amour de cultures s'abreuvant à des sources diverses et néanmoins communes, et surtout un certain nombre de valeurs fortes, au premier rang desquelles la liberté de penser, que ces nouveaux inquisiteurs foulent allègrement aux pieds, dès lors qu'elle n'entre plus dans le moule de la pensée unique - entendez de gauche... Sachez que nous dénonçons avec la plus grande vigueur ce comportement irresponsable, toléré voire encouragé par certaines autorités du gouvernement français, au premier rang desquelles Mme Tasca, qui en l'occurrence se sont déconsidérées. L'opposition à laquelle vous devez faire face est en fait celle d'une poignée de privilégiés d'une certaine "gauche caviar", qui de part et d'autre des Alpes entend se maintenir coûte que coûte dans son rôle de "bonne-conscience-de-gauche-auto-proclamée". En réalité, derrière les arguties invoquées, ils ne sont rien d'autre, dans leur immense majorité, que les sbires grassement stipendiés d'une gauche qui prétend depuis des lustres détenir le monopole de la culture, et à laquelle vous et vos amis avez eu le courage de vous attaquer. " http://www.m-n-r.com/site/idees/le_point_sur.php3


Une campagne de